AOP Saint Emilion 1er Grand Cru Classé 1984 Agrandir l'image

AOP Saint Emilion 1er Grand Cru Classé 1984

Château Cheval Blanc

Neuf

 Mythique, le château Cheval Blanc figure parmi les plus grands vins au monde.

Plus de détails

1 Article

Attention : dernières pièces disponibles !

439,00 €

  • Livraison offerte dès 300 € d'achats
  • Votre conseiller au 04 90 76 86 74
  • Paiement sécurisé

En savoir plus

Histoire : Mythique, le château Cheval Blanc figure parmi les plus grands vins au monde. 

Jusqu'en 1835, le vignoble de Cheval Blanc faisait partie intégrante du domaine de Figeac. Cédé en deux temps, au cours du XIX° siècle, aux propriétaires de Château l'Evangile, la famille Fourcaud-Lussac, le domaine est créé en tant que tel et agrandi par ses descendants qui en resteront propriétaires jusqu'à la fin du XX° siècle. En 1998, le tandem Albert Frère - Bernard Arnault rachète les parts de la Société Civile du Cheval Blanc, mais la continuité demeure, en la personne du Directeur, Pierre Lurton et de son équipe.

En 2009, le groupe LVMH rachète 50% des parts à la holding personnelle de Bernard Arnault. Depuis 2011, les vinifications ont lieu dans le nouveau chai conçu par l'architecte Christian de Portzamparc ; un espace vaste, lumineux et écologique dont rêvait Pierre Lurton. Cheval Blanc a été confirmé comme premier grand cru classé A dans le classement 2012, et grâce à l'annexion du château voisin Tour du Pin, 1,40 ha ont été ajoutés à son assiette foncière. Doté d'un terroir très spécifique, le vignoble se trouve à la limite de Pomerol. L'encépagement est atypique pour la région de Saint-Emilion, avec une proportion de Cabernet Franc supérieure à celle du Merlot. Malgré un léger infléchissement qualitatif dans les années 1960 et 1970, Château Cheval Blanc demeure, indétrônable depuis 1954, sur la plus haute marche du classement des vins de Saint-Emilion, au rang de 1er Cru Classé A. Le domaine produit également à côté du grand vin, un second vin, Petit Cheval.

Cépages : 42% merlot, 58% cabernet franc

Dégustation : La couleur tuilée de la robe montre des signes d’évolution mais reste d’une bonne intensité. Le nez est discret, mais fait montre d’une belle finesse et d’une certaine fraîcheur, ce qui est la signature de l’importance du Cabernet franc dans l’encépagement de ce millésime. En bouche, le vin présente une structure moyenne et une certaine sécheresse à cause d’une astringence assez présente en fin de bouche. Ce vin, un peu sec du fait de l’absence des merlots décimés par les pluies de mai, reste surprenant et de belle facture pour un millésime aussi délicat que 1984,  mais a évolué assez rapidement.