Porto Andresen Colheita 1998 Agrandir l'image

Porto Andresen Colheita 1998

Andresen

Neuf

1998, une année pas comme les autres... Voilà une bouteille qui fera plaisir aux amateurs de Grands Portos, et à celles et ceux qui voudront garder un souvenir impérissable de la victoire en Coupe du Monde !!!

Plus de détails

12 Produits

32,00 €

  • Livraison offerte dès 300 € d'achats
  • Votre conseiller au 04 90 76 86 74
  • Paiement sécurisé

Détails

labelagriculture traditionnelle
couleurRouge
contenance75 cl
Vol20°

En savoir plus

Histoire : Créée en 1845 par un jeune Danois tombé amoureux du Portugal et des vins de Porto, la Maison Andresen a su garder depuis son indépendance familiale, au point d’être l’une des dernières du genre, à Vila Nova da Gaïa, la capitale du Porto.

Arrivé d’Allemagne sans un sou en poche, le jeune Andresen se fait embaucher dans une maison de commerce, et y réussit brillamment, faisant preuve de d’honnêteté et de sens commercial. En 1845, il crée sa propre maison de négoce, se marie avec une Portugaise et se fait même naturaliser. Les héritiers et successeurs de Jao Enrique Andresen ont conservé ses méthodes, fondées sur une sélection exigeante des raisins, l’art de l’assemblage (un authentique secret de famille) et les meilleures conditions de stockage.

La vallée du Douro et l’élaboration du Porto :

A 100 km de la ville de Porto, sous la canicule impitoyable des collines escarpées du Douro, naît et prospère un vin généreux, que le talent des hommes et le travail du temps ont su rendre encore plus riche et complexe. Au sein des trois sous-régions du Porto (Haut-Corgo, Bas-Corgo et Douro-Supérieur), la quintessence des « quintas », ces domaines les plus représentatifs du porto, offre un véritable défi aux dégustateurs, tant ils y découvrent sans cesse de nouvelles subtilités aromatiques.

Le Porto appartient à la grande famille des vins dit "mutés", c'est-à-dire ceux à qui on ajoute un peu d'eau-de-vie lors de leur fermentation. Mais il se distingue fortement des autres, au point de constituer un style à part entière. Car les techniques longuement élaborées depuis plus de trois siècles, en matière de vieillissement en fût comme en bouteille, d'assemblage et de sélection des « quintas » et des millésimes ont fait toute la différence avec les autres vins mutés.

Le caractère unique du porto s'affirme aussi par un système de classement qui lui est spécifique et par des modes de consommation lui permettant d'être présent dès l'apéritif, de constituer un des plus merveilleux digestifs qui soient, tout en étant capable d'offrir d'extraordinaires mariages avec les mets d'un repas de grande qualité.

De la grappe au fût Le vignoble du Douro n'a rien d'un paradis : les pentes sont escarpées, le sol est aride, et le climat va des froids les plus vifs aux canicules les plus éprouvantes, selon le dicton local "Neuf mois d'hiver, trois mois d'enfer". Mais c'est toujours dans des conditions extrêmes qu'une vigne donne les vins les plus généreux...

 Vinification :

L'élaboration du porto commence avec les vendanges, effectuées ici dans des conditions particulièrement pénibles, en raison de l'étagement du vignoble en de multiples terrasses accessibles uniquement à pied. Et c'est aussi avec les pieds que s'effectuait autrefois le foulage du raisin, dans les "lagares" ces grands cuviers naturels en granit qu'on trouve encore dans les « quintas » les plus traditionnelles.

En cours de fermentation, on ajoute au moût sucré une petite quantité d'une eau-de-vie de vin, titrant 77% d'alcool. Le moment est crucial pour l'avenir du porto : trop tôt, et le vin sera lourd et pâteux, trop tard, il manquera de fruit et de rondeur. Cette opération, le mutage, a pour avantage de stopper la fermentation primaire, conservant du sucre au vin (ce qui apporte rondeur et fruité) pour lui éviter de devenir trop sec ou trop âpre ; elle renforce aussi son aptitude au vieillissement, lui conférant un corps plus puissant et un bouquet bien plus riche.

Le mutage terminé, le vin rentre dans une période de sommeil qui dure tout l'hiver, lui permettant de se décanter sous l'action du froid, grâce à des soutirages successifs. Le printemps venu, le porto quitte les « quintas », à destination des chais des négociants de Vila Nova de Gaia, sur la côte. Selon sa qualité, il va entamer un vieillissement plus ou moins long, soit en fûts, soit en bouteilles, soit selon une méthode mixte.

Dégustation : Richesse et élégance, voici les adjectifs qui caractérisent cette cuvée 1998. Au nez, ce sont les fruits secs et noix de pécan, ainsi que la confiture de fruits. La bouche est fraîche, sur des notes de nougat et des touches subtiles de caramel et chocolat.