Whisky Bruichladdich Black Art Agrandir l'image

Whisky Bruichladdich Black Art

Neuf

Bruichladdich, une distillerie à part dans le monde du Whisky...

Authenticité, terroir, pureté, Iode, Vous êtes sur l'île d'Islay...

Black Art... une cuvée mystérieuse, une exploration au plus profond des arcanes du Whisky écossais et de l'art ésotérique de la tonnellerie...

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

294,00 €

  • Livraison offerte dès 300 € d'achats
  • Votre conseiller au 04 90 76 86 74
  • Paiement sécurisé

Détails

contenance70cl
Vol49.2°

En savoir plus

Histoire : Bruichladdich est une distillerie de whisky située sur l’île d'Islay sur la côte ouest de l’Écosse. C’est une des neuf distilleries de l'île, la seule à posséder sa propre chaîne d'embouteillage.

Bruichladdich a été fondée en 1881 par les frères Harvey sur la partie occidentale d’Islay. Après une longue histoire, la distillerie a fermé en 1994. En 2001, un groupe de passionnés emmenés par l’embouteilleur indépendant Murray MacDavid reprend la distillerie et relance la production. L'actuel chef de la distillerie se nomme Adam Hannett. Il succède en 2015 à Jim Mc Ewan, élu plusieurs fois « distillateur de l'année ».

Une des exigences de Bruichladdich est que l’ensemble de l’orge soit produit en Ecosse, ce qui la distingue de la plupart des autres distilleries qui emploient de l’orge en provenance d’Angleterre ou d’Afrique du Sud.

Les résidus des « mashtuns » (essentiellement des enveloppes d'orge, appelées "draff") sont utilisés pour produire de la nourriture pour les animaux. Les paysans des alentours sont ravis depuis la réouverture de la distillerie, parce que leurs vaches avaient une très nette préférence pour les résidus en provenance de Bruichladdich. Cette préférence s’explique probablement par le procédé de fabrication datant de l'époque victorienne qui laisse plus de matières organiques dans les résidus du brassage que les disitilleries automatisées du reste de l'Ile.

Procédé de distillation : Le malt est d’abord filtré dans une machine d’époque, du style centrifugeuse (appelée « dresser »), afin d’éliminer tous les déchets pouvant endommager la broyeuse de précision utilisée par la distillerie (pierres, clous, etc.).

Puis le malt est broyé et le « grint » ainsi obtenu est mélangé avec de l’eau chaude provenant directement du loch sur la colline située juste derrière la distillerie afin d’extraire les sucres du malt.

L'eau sucrée ainsi obtenue (appelée "wort") est refroidie par un échangeur de chaleur, puis est chargée dans de grands tonneaux en bois (appelés « washbacks »).

Grâce à l’action des levures (soigneusement sélectionnées) qui sont ajoutées à cette étape, la fermentation alcoolique dure entre 60 et 70 heures, suivant la variété de l’orge, la provenance et la saison. Le résultat de cette fermentation est une sorte de bière (le wash) qui titre entre 6 et 7%. On estime qu'à ce stade, le goût du produit final est déterminé à environ 60%, il est donc très important d'utiliser des ingrédients de grande qualité (orge, eau et levure).

La double distillation se fait de façon très lente à Bruichladdich (quasiment au goutte à goutte), et est constamment surveillée par le « still man ». Les alambics assez hauts contribuent à produire un alcool raffiné et floral. Chaque distillation est différente, en fonction des caractéristiques provenant de la fermentation.

Le responsable de la distillation (still man) porte une très grande responsabilité dans la qualité du produit final. Son travail consiste à déterminer exactement à quel moment le cœur de la distillation doit être séparé des têtes et des queues lors de la seconde distillation.

Bruichladdich produit 3 types de whiskies différenciés par le taux de tourbe utilisé pour le séchage du malt, Bruichladdich (très légèrement tourbé 8ppm, le Port Charlotte à 40ppm et enfin le Octomore à 80,5 ppm qui sera le whisky le plus tourbé sur le marché lors de sa commercialisation.

Vieillissement :  Élevé pendant 26 ans et embouteillé à 46,9 degrés, ce single malt d'Islay est une édition limité à 18 000 bouteilles, numérotées individuellement.

Dégustation :  Le nez est riche en chêne calciné, confiture de mûres, chocolat noir et raisins secs avec des notes de massepain, de tarte au citron meringuée et de bois de cèdre. La bouche présente des fruits de verger tendres, de la crème vanille, des raisins secs, des dattes et du chocolat noir, avant que des couches de nid d'abeille, de praliné, de tabac et de noix de coco n'apparaissent. La finale veloutée présente des fruits exotiques et du chêne doux persistant.